POURQUOI RAGRÉER

       Si vous souhaitez recouvrir votre sol avec un revêtement décoratif (PVC, lino, moquette, etc…) et que votre support présente des zones creusées ou bosselées, il est impératif de réajuster la planéité de celui-ci avant d’y poser votre nouveau revêtement. Il peut être ragréé partiellement ou en totalité en fonction de son état général.

 

Comment savoir si votre sol nécessite un ragréage ?

 

Plusieurs techniques :

  • Mettez l’œil au ras du sol et regardez. Refaites l’opération à plusieurs endroits de la pièce, en prenant de la distance. Si vous voyez quelques irrégularités seulement, essayez de les éliminer à la spatule.

 

  • Posez à différents endroits du sol une règle de 2 mètres de long. Munissez-vous de cales et si le dénivellement ne dépasse jamais les 5 mm sous la règle, vous n’aurais pas nécessairement besoin de faire un ragréage. Un simple rebouchage partiel peut suffire.

Quel type de ragréage choisir ?

     Le type de produit à utiliser sera fonction de l’épaisseur nécessaire pour rendre la surface lise et plane, mais veillez aussi à tenir compte de la fonction et de l’utilisation de la pièce (passage peu fréquent à très intensif)

      Il existe différents types de ragréage pour intérieur ou extérieur, à séchage classique ou rapide en fonction des besoins de chacun. Les plus couramment utilisés en intérieur sont :

  • L’auto lissant de type P3 classique pour des supports peu endommagés.

  • L’auto lissant de type P3 fibré pour des supports endommagés ou à fort passage.

  • L’auto lissant de type P4 fibré pour les épaisseurs supérieures à 10mm.

Sur quel support peut-on faire un ragréage ?

     Le ragréage est possible sur toutes surfaces type telle que : ciment, béton, dalles plastiques rigides, carrelage ou parquet en préparant avec soin le support et en utilisant le primaire adéquate.

     Si votre surface est souple (moquette ou parquet flottant), le ragréage n'est pas envisageable. Il faudra obligatoirement retirer l’ancien revêtement avant de procéder à l’étape ragréage.

     Si le sol est chauffé, il faudra couper votre chauffage au moins un jour avant d’effectuer vos travaux. A l’inverse, le ragréage ne se pose pas non plus sur un sol gelé, pensez à tempérer votre local.

     De même, ne jamais ragréez jamais un sol humide. Il faut d’abord traiter les causes de l'humidité du support avant de procéder à son ragréage.

 

Préparation du support avant le ragréage

1/ vérifier la porosité du support

     La réalisation d’un ragréage ne peut pas se faire sur un sol dont la porosité est inadaptée, car ce paramètre impactera fortement l'accrochage de votre l'enduit donc sa tenue dans le temps.

     L’évaluation de cette porosité peut être vérifiée simplement en laissant tomber quelques gouttes d'eau sur le sol. La porosité du support sera appréciée en fonction du temps que l'eau mettra pour être absorbée en totalité par celui-ci.

 

  • Si ce temps est supérieur à 10 min, votre sol est non poreux ou « fermé ».

  • Si ce temps est inférieur à 1 min, votre sol est poreux ou « ouvert ».

  • Si ce temps est compris entre 1 et 10 min, votre sol est normalement poreux.

 

L’utilisation d’un primaire adapté s’effectuera en fonction de la nature de votre support.

2/ préparation du support

     La préparation de votre support est une étape importante à réaliser car elle déterminera le degré de finition de votre ouvrage final.

     Il est donc conseillé de retirer tous les éléments qui présentent une mauvaise adhérence au support : anciens revêtements, résidus de colle, particules de bois, écailles de peinture ou autres avant l’application d’un primaire adapté au type de support. Le primaire d’adhérence est un liquide qui permet au revêtement de sol ou au mortier de ragréage d’adhérer à la surface. Il s’applique au rouleau comme une peinture.

     N’oubliez pas d’attendre le temps de séchage conseillé par le fabricant avant de le recouvrir par votre couche de ragréage.

 

Voici quelles étapes utiles avant la pose d'un ragréage réussi :

  1. Démontez les plinthes (si possible) et les portes, obstruez les ouvertures situées au sol avec un tasseau. Retirez les parties friables et ouvrez les fissures en V.

  2. Balayez et aspirez soigneusement le sol et dégraissez-le en lessivant (St Marc). Comblez les fissures et trous avec un mortier colle.

  3. PRIMAIRISEZ !!  Primaire adapté en fonction du support !!  Laissez sécher. Protégez le bas de vos murs avec un ruban adhésif pour limiter la projection.

  4. Pour la préparation de l'enduit, suivez les instructions du fabricant : vitesse de rotation du malaxeur, temps de pause etc…

  5. Pour appliquer le ragréage, versez l'enduit sur 1 à 2 m2 à la fois puis l'étaler. Commencez par le coin opposé à la porte de sortie et terminez du côté de la porte et répartissez bien l'enduit le long des murs. La couche moyenne à obtenir sur l’ensemble de la surface est d’environ 3mm pour un ragréage standard.

  6. Une fois terminé, laissez sécher 24 heures avant de pouvoir marcher sur l'enduit et 48h pour recouvrir. N’exposez pas la pièce aux courants d’air ou à la chaleur pendant cette période.

 

Sur carrelage comme sur parquet ou plancher le ragréage est nécessaire en fonction du type de revêtement décoratif que vous souhaitez appliquer sur votre sol. En effet, pour conserver une meilleure tenue dans le temps de votre revêtement, le ragréage permettra d’éviter l’apparition prématuré de spectres (joints de carrelage ou intervalles irréguliers du parquet).

 

Sur parquet ou plancher bois

  • Clouez ou vissez les lattes qui bougent et enlevez ou remplacez les clous qui dépassent.

  • Pour renforcer un espace sous une latte qui bouge légèrement, vous pouvez percer et injecter une mousse polyuréthane. Attendre le séchage et retirer l’excédent.

  • Balayez ou aspirez pour débarrasser la poussière.

  • Il est conseiller d’utiliser un primaire adapté type PU 630 de chez Uzin.

 

Ce type de primaire possède une grande aptitude à la déformation et une excellente adhérence au support ainsi qu’aux ragréages minéraux. Il garnit, obture et lisse les supports, devient „élastique ferme” après séchage et peut dont absorber les mouvements du support.

     Le primaire se prépare en mélangeant deux composants pour obtenir une pate homogène qui s’appliquera à la spatule ou lisseuse. Après séchage, le primaire forme une pellicule fine mais résistante pour recevoir le ragréage. L’adhérence sera optimum et vous n’aurez aucune perte d’enduit au travers des intervalles de votre parquet ou plancher.

 

Sur carrelage

  • Vérifiez par sondage la tenue de vos carreaux de carrelage.

  • Retirez les carreaux cassés et ceux « sonnant creux » puis comblez par un mortier rapide les zones restantes vide.

  • Balayez ou aspirez pour débarrasser la poussière.

  • Puis appliquez au rouleau un primaire adapté type Uzin PE260 et laissez sécher.

 

Le traitement de remontée d’humidité sur support ciment neuf ou ancien et carrelage

    Il existe un traitement préventif qui permet de garantir sur des supports à base de ciment ou d’anciens carrelages, une pose sécurisée et durable du ragréage lors avant la pose d’un revêtement de sol.

La barrière anti remontée d’humidité est un primaire bi composant à base de résines époxy à haut pouvoir pénétrant qui bouche les pores du support, et qui constitue ainsi une barrière étanche. Il s’applique souvent en 2 couches épaisses croisées puis sera recouvert après séchage d’un primaire spécial à base de quartz pour permettre une meilleure adhérence au ragréage.

A utiliser avec précaution et équipement de protection.

 

Finalisation avant la pose de revêtement de sol

   

     Si après séchage du ragréage la surface présente de légères irrégularités, poncez le sol.

     Si les inégalités sont importantes, vous pouvez poser une seconde couche de ragréage en respectant les conseils du fabricant (délais de séchage, application de primaire si nécessaire et épaisseur totale à ne pas dépasser).